Comment vendre un bien immobilier à Paris sans passer par une agence ?

Comment vendre un bien immobilier à Paris sans passer par une agence ?

Nombreux sont les propriétaires qui souhaitent vendre leur bien sans passer par une agence immobilière. Cette décision, généralement prise afin d’éviter de payer des frais d’agence, n’est pas sans conséquence. De l’estimation parfois compliquée du logement à l’organisation des visites, estimer-immobilier fait le point sur les démarches et obligations légales que vous aurez à prévoir.

Le DDT : les diagnostics nécessaires à la vente 

Le Dossier de Diagnostic Technique (DDT) est un ensemble de documents obligatoires pour une vente. Il permet au futur acheteur de connaître toutes les caractéristiques techniques du logement. Certaines doivent être affichées dès la publication de l’annonce. Ainsi, il est important de procéder à ces diagnostics aussi rapidement que possible.

Ainsi, le DDT regroupe :

    Si le bien fait partie d’une copropriété, vous devrez joindre des documents supplémentaires.

    Estimer le prix du bien immobilier

    Fixer le prix peut être compliqué lorsque vous n’êtes pas agent immobilier.

    Commencez par étudier le marché local : des appartements se sont-ils vendus récemment dans votre rue, votre quartier ? Si oui, à quel prix ? N’hésitez pas à comparer votre bien à ceux affichés dans les agences proches de chez vous.

    Pour avoir une première idée du prix que pourrait valoir votre bien, vous pouvez utiliser un outil d’estimation en ligne. S’il ne sera jamais aussi précis qu’un agent, c’est une manière efficace de vérifier que vous êtes en accord avec les prix locaux.

    Vous pouvez aussi faire appel à un notaire. Celui-ci possède un registre de toutes les ventes effectuées et à quel prix. Cependant, attention : cette démarche, bien que très utile, est payante.

    Vous l’aurez compris, estimer le prix d’un bien immobilier à Paris peut être compliqué. Même si le marché est très tendu avec un grand nombre d’acheteurs pour peu de vendeurs, un prix trop élevé peut vous être préjudiciable. Et vous n’avez bien évidemment pas envie de vendre à un montant dérisoire ! Soyez donc très rigoureux dans votre étude et définissez un prix juste.

    Rédiger une annonce attractive

    Rédiger une annonce n’est pas une étape facile.

    Le titre doit mettre en avant la caractéristique principale de votre bien. “Appartement de 70m² en dernier étage”, “Terrasse de 15m²”… A vous de voir ce qui est l’élément phare et votre meilleur argument de vente.

    La description doit être fidèle au logement. Essayez de susciter la curiosité, sans toutefois mentir sur le bien. L’important est de le mettre en valeur.

    Ajoutez bien évidemment quelques photos. L’idéal est entre 5 et 8 selon la superficie. Veillez à ce qu’elles soient nettes et bien éclairées en les prenant en journée.

    Avoir un tiers de confiance, l’agent immobilier, rassure les futurs acheteurs. Vous devez ainsi rassurer les lecteurs comme il le ferait, même à travers l’annonce.

     

    Si vous décidez de vendre un bien immobilier sans passer par une agence immobilière il vous faudra être aussi performant qu’un professionnel.

    De plus l’implication d’un tiers de confiance dans les transactions immobilière peut rassurer les vendeurs comme les acheteurs.

    Quand l’annonce est prête partagez-la sur le Bon Coin, PAP ou encore le journal local.

    Vous vendez un bien immobilier?

    Réalisez une estimation de votre bien gratuite en quelques clics grâce à notre simulateur équipé d’une intelligence artificielle.

    Les visites

    Les visites doivent être préparées minutieusement. Votre appartement doit être propre, rangé et aéré : tout doit être fait pour rassurer les visiteurs sur le bon entretien des lieux.

    Pour cela, il faut aussi que les visiteurs puissent se projeter. Quitte à faire du home staging, privilégiez une décoration neutre et simple. Evitez les photographies omniprésentes et meubles alourdissant la pièce.

    La signature du compromis de vente

    Le compromis de vente est le document qui prépare la signature définitive. Il précise les conditions selon lesquelles l’acheteur souhaite prendre possession du bien et celles selon lesquelles le vendeur est prêt à lui céder. Il est signé généralement avec l’aide d’un agent immobilier, mais vous pouvez le faire chez le notaire. Ce sera alors payant.

    A partir de la signature, les deux parties sont engagées. Le code civil précise dans l’article 1589 :

    La promesse de vente vaut vente, lorsqu’il y a consentement réciproque des deux parties sur la chose et sur le prix.

    Soyez prudent ! Si l’un de vous choisissait finalement de ne pas effectuer la transaction, il pourrait devoir verser des dommages et intérêts. Les conditions suspensives servent ainsi à éviter la majorité des problèmes : elles conditionnent par exemple la vente à l’obtention d’un prêt.

    Signature de l’acte de vente chez le notaire

    La vente est signée devant le notaire : il s’agit alors d’un acte authentique notarié, attestant de la légitimité de la vente. Celle-ci se fait généralement trois mois après le compromis de vente. Ce délai peut être réduit si l’acheteur n’a pas besoin d’emprunt. Le vendeur choisit généralement le notaire, mais l’acheteur peut s’agir d’ajouter le sien. Ils travailleront ainsi ensemble.

    Chacun peut poser des questions sur une clause ou des termes techniques incompris. Le montant de la vente doit être réglé le jour même. Une fois ceci réglé, la signature de l’acte par les deux parties et le notaire marque la vente effective. Les clés et le titre de propriété changent alors de propriétaire.